travaux2012

 

 

 

AFIAC 2012 (see more)


Epileptic Sovereign

  2012
Carcasse de Jaguar électrifiée, poste à clôture 12V solaire, système électrique et poutres bois
Electrified Jaguar carcass, 12V enclosure post, electrical system and timbers

 

 



Vue d'exposition de l'AFIAC

2012, Saint-Paul-Cap-de-Joux.
Commissaire d’exposition : Patrick Tarres, Manuel Pomar, Yvan Poulain





Enlever les roues, couper les fils, sans perdre la masse

"Lors de ma première rencontre avec Carole et Charley, ces derniers ont évoqués l’état du jardin à leur arrivée sur les lieux il y a quelques années. En effet, celui-ci n’a pas toujours été si majestueux.. le terrain était empli d’épaves automobiles stockées ci et là, comme cela semble être de coutume dans la région…
Il ne m’en fallait pas plus pour entamer une prospection dans toutes les casses alentours.. En effet, aller à rebours et ramener une de ces carcasses sur les lieux me paraissait une piste sculpturale approprié afin de révéler l’espace et dénoter par l’intrusion de cette masse, glisser ainsi vers une présence inappropriée et paradoxale.
Encore mieux si cette épave est celle d’une Jaguar Sovereign !!

Le rapport de Charley à la musique m’a orienté vers l’image de l’instrument électrique (en l’occurrence la guitare..). Il me fallait trouver un geste simple à opérer sur cette carcasse revenue sur les lieux. Je décide alors de l’électrifier en totalité à l’aide d’un poste à clôture habituellement utilisé pour parquer les animaux dans les champs.
Ce geste simple interroge autant l’idée de la sculpture que celle de l’objet lui-même. En effet, par l’électrification de cette carcasse métallique, la sculpture devient objet inabordable et en partie informelle : le courant électrique circulant sur toute la surface de la carrosserie devient à son tour composant sculptural, et l’électricité devient sculpture..
Outre cette préoccupation plastique, il est aussi question ici de la voiture comme métaphore de l’habitacle. L’électrifier et la rendre inaccessible pourrait évoquer et questionner l’idée du « tout sécuritaire », voire détourner comme un pied de nez l’idée de « l’ultra-sécuritaire », le cocon, le blockhaus/bunker où personne n’entre…

Ironiquement présentée comme « œuvre interactive », l’installation s’agrémente de quelques indices visibles (dont le son percutant émis par le poste à clôture ainsi que sa présence aux côtés de l’épave) en révélant sa dangerosité et le risque d’électrocution à son contact ..

Les deux autres pièces marquent également le rythme, par impulsion sonore (impact de la pioche contre le pylône en béton) et lumineuse (émission stroboscopique au travers les hublots). L’idée était d’habiter le fond du jardin (la potence en béton et le petit hangar à outils) et d’y attirer le spectateur par une présence étrange et inquiétante, au travers d’autres indices perceptibles depuis l’autre bout du jardin. Le moteur d’essuie-glaces s’est ainsi transformé en une sorte de pic vert mécanique s’attaquant à un arbre en béton, et le hangar devient zone étrange d’activité souterraine et mystérieuse : l’impulsion électrique qui traverse la Jaguar devient rythme épileptique (au travers les hublots)." (JL)


 

AFIAC 2012 (voir la vidéo de l'installation / see more)